Pollution par les métaux lourds à Ath

Si jusqu'alors le message des autorités athoises était plutôt rassurant, un récent rapport dépeint une situation relativement alarmiste.
En effet, la terre athoise serait polluée par des métaux lourds pouvant porter atteinte à la santé des habitants via, notamment, les potagers. Les résultats de l'enquête révèlent une concentration trop élevée de plomb, de cadminium et de zinc surtout dans la partie ouest de la ville.
Une étude sanitaire doit maintenant être mise en place, une affaire à suivre donc.
Sources:
http://mrw.wallonie.be/dgrne/rapports/dpa/2004/PDF/PDF.html
http://mrw.wallonie.be/dgrne/rapports/dppgss/air1999/Zones/Mons/11_2_3.htm
http://www.lameuse.be/la_une/details/2007/05/23/article_ath_une_pollution_qui_plombe.shtml
http://www.7sur7.be/hlns/cache/fr/det/art_469636.html ...

5 juin 2007 Voici l'étude environnementale mise en ligne par ECOLO-Ath, thx Ron!

Changements climatiques



"NOUS AVONS LES MOYENS DE LUTTER CONTRE LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES, ASSURE MICHAËL OPPENHEIMER.

« Le principal problème dans la lutte contre les changements climatiques n'est ni économique, ni technique mais politique », a affirmé aujourd'hui devant la presse Michaël Oppenheimer, l'un des principaux auteurs des troisième et quatrième rapports du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC).
Nous avons un problème énorme mais nous avons les moyens de nous y attaquer, malgré toutes les difficultés, a-t-il assuré lors d'une conférence de presse pour annoncer la tenue d'une conférence DPI-ONG (Département de l'Information de l'ONU et organisations non gouvernementales) qui se tiendra du 5 au 7 septembre prochains à New York.
Les Nations Unies et les organisations non gouvernementales (ONG) ont joué un rôle très important dans la transformation de l'image obscure et difficile à saisir des changements climatiques vers celle d'une question mondiale convaincante », a souligné Michaël Oppenheimer.
L'expert a rappelé que les deux premiers rapports du Groupe d'experts, présentés au mois de février et en avril, soulignaient que le changement climatique est sans équivoque, que des changements énormes sont déjà visibles et que leurs conséquences, de la sécheresse extrême aux inondations, vont augmenter, à la fois en occurrence et en intensité, tout au long de ce siècle, selon les niveaux de concentration en gaz à effet de serre dans l'atmosphère.
La troisième partie, elle, présente une gamme de possibilités et de solutions pour répondre aux conclusions présentées dans les deux premières parties, soulignant que les pires effets du changement climatique peuvent encore être évités (<" http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=14073&Cr=Yvo">dépêche du 04.05.2007).
Interrogé sur les raisons qui selon lui ont mené à une prise de conscience globale du problème aux Etats-Unis, il a évoqué la violence grandissante des ouragans et notamment le traumatisme lié à Katrina à la Nouvelle-Orléans. « Cet épisode a montré l'inaptitude des gouvernements en cas de catastrophes naturelles, à la fois dans la préparation et dans la réponse à y apporter », a-t-il dit.
Il a également estimé que la crise de l'énergie, le succès du film de l'ancien vice-président américain Al Gore (An Inconvenient Truth) ou encore certaines décisions prises par le gouverneur de Californie, Arnold Schwarzenegger, avaient contribué à alerter la population américaine.
« Les Etats-Unis peuvent envoyer un signal fort au reste du monde s'ils participent aux négociations sur l'après 2012 », date à laquelle le Protocole de Kyoto aura expiré, a affirmé l'expert scientifique.
Sur les progrès que ce Protocole aura permis, Michaël Oppenheimer s'est félicité que des pays comme l'Allemagne, le Danemark, la Grande-Bretagne ou les Pays-Bas vont probablement atteindre leurs objectifs, tout comme peut-être le Japon.
« Plus décourageant est le cas du Canada qui s'est engagé mais se comporte plutôt comme les Etats-Unis avec de fortes augmentations de ses émissions », a-t-il déploré.
Enfin, il a estimé que la Chine prenait petit à petit conscience des défis environnementaux auxquels elle est confrontée (inondations, dépendance aux combustibles, pollution atmosphérique).
« Je vois des avancées, je m'attends à des progrès de la part de la Chine, notamment en raison de la grande communauté d'ONG qui s'y développe », a-t-il déclaré.
A une question sur la possible lassitude médiatique susceptible d'affecter les changements climatiques, Michaël Oppenheimer a souligné que quand un problème atteint un certain niveau de gravité, il apparaît en première page et « tant pis si les gens s'en lassent, cela reste un vrai problème ».
Le Président de la Conférence, Richard Jordan, a indiqué que chaque individu ou organisation qui aura participé aux débats sera invitée à mettre en place un plan d'action.
Six mois après, ils rapporteront ce qu'ils ont fait, quels sont les obstacles qu'ils ont rencontrés ou les solutions qu'ils ont trouvées, a-t-il ajouté, et ce afin d'assurer un suivi sur ces questions qui ne doivent pas tomber dans l'oubli." Source: UNNews@un.org

Si l'on parle des Etats-Unis, il en va de même pour l'Europe et pour la Belgique. Voir le rapport sur les changements climatiques en Belgique.

Les pluies et inondations de ces derniers jours nous démontrent l'impact des changements climatiques et cette fois, comme en été, cela se passe en Belgique et plus uniquement en Louisianne ou en Asie. Les risques d'inondations croissent avec le réchauffement climatique et la montée du niveau de la mer.
Un projet de recherche a été mis sur pied sur les "Incidences des changements climatiques sur les événements extrêmes dans les rivières et les installations de collecte des eaux usées"; d'autres rapports sont établis, qu'il s'agisse des experts du GIEC ou d'autres scientifiques. Tous vont dans le même sens et dressent le constat dressé par ECOLO depuis plusieurs années déjà.

Je croise pas mal de personnes qui me disent, "je recycle, je roule parfois à vélo, je fais de petits gestes quotidiens,...mais pourquoi faire plus si personne ne le fait? Pourquoi faire des efforts si des pays émergents tels que la Chine ne font pas de la lutte contre le réchauffement climatique une de leurs priorités?" S'agit-il d'une responsabilité du politique d'imposer des mesures fortes? Ou de notre responsabilité à tous d'opérer ces gestes pour assurer aux générations futures un monde au moins aussi bon que celui au sein duquel nous vivons? Je pense que les deux sont nécessaires, cessons une fois pour toute de vivre dans un monde individualiste où chacun pense à sa propre personne, pour évoluer vers le monde globalisé que nous souhaitons, égalitaire, équitable et sain!

Le féminisme et l'altermondialisme


Ce jeudi 25 mai, j'ai eu l'honneur de recevoir le deuxième prix de l'Université des femmes pour mon mémoire sur le féminisme et l'altermondialisme. Ce soir là, les lauréates ont été appelées à présenter leur travail devant une salle de femmes "averties". Cinq jeunes filles qui ont eu l'occasion de voyager afin de réaliser leur travail de fin d'études et mémoire. Des sujets variés mais tous évidemment relatifs à une thématique féministe.
Vous vous êtes peut-être déjà un jour posés la question de savoir "suis-je féministe"...ou alors vous vous êtes dit "le féminisme c'est ringard".
Si vous le pensez encore, je vous invite à y regarder de plus près et à partir du moment où vous vous intéressez un minimum à la condition de la femme, et ce sans que cela n'implique un quelconque rejet du sexe masculin ou cliché, vous pouvez vous considérer comme "féministe", ou presque. Bref, il me semble important de ne pas négliger les questions portées par les féministes et qui nous concernent toutes ici et ailleurs. Salaires moindres, manque de prise en compte de la dimension du genre dans de nombreuses politiques, impact de l'environnement sur la femme et j'en passe. Si ce soir-là, ce sont cinq mémoires qui ont été primés, une trentaines d'autres mémoires portant sur des thèmes féministes avaient été déposés. Cette soirée a donc permis de démontrer que l'intérêt que l'on porte à la question des femmes n'est pas épuisé, et tant mieux!

N'hésitez pas à me demander plus d'infos sur "Le féminisme et l'altermondialisme: La Marche mondiale des femmes peut-elle être qualifiée d'altermondialiste?"

L'Eco-féminisme

- Introduction L’écologie féministe, éco-féminisme ou encore, « féminisme environnementaliste », est une approche féministe de l’éthique environnementale, apparue entre les années 1970 et 1980 et est considérée comme faisant partie de la « seconde vague » féministe. Né de l’union entre les pensées féministes radicales et écologiques, l’éco-féminisme doit son appellation à la féministe française Françoise d’Eaubonne. Notons qu’en Amérique du Nord, elle s’est principalement développée à partir des mouvements antinucléaire, anti-guerre, pro-environnementaux et pro-homosexuels (lesbiennes) et, bien sûr, féministes « généralistes » des années 1980. Depuis, maintes publications, conférences et actions basées sur la reconnaissance et l’analyse des connexions existant entre les femmes, la nature et le changement social constituent autant de jalons autorisant l’approche théorique que nous développons ci-après. L’éco-féminisme établit un étroit lien entre la domination de la nature par l’homme et l’exploitation des femmes. Il s’oppose de façon radicale à la mondialisation néo-libérale, considérée comme la cause majeure des problèmes de ce siècle : l’exclusion, les violences, la pauvreté, la pollution, les guerres ouvertes ou larvées. Il est à la fois un mouvement de l’esprit, une philosophie de la vie et une résistance politique. L’éco-féminisme n’est pas un mouvement homogène mais apparaît comme une « résultante » constituée de différentes approches contribuant chacune à alimenter la théorie. Cette hétérogénéité constatée aux sources et au sein-même de l’écologie féministe fait à la fois ses forces et ses faiblesses. (...) Accès à la recherche complète (20 pages) sur demande.