...time for change!


Après une passionnante soirée électorale passée sur le trottoir de la maison du peuple à Saint-Gilles {...}, c'est un grand OUF de soulagement que nous pouvons pousser!
Hier encore, malgré les "certitudes" révélées par les sondages et l'engouement pour Obama, régnait une certaine crainte que la situation ne se retourne et que les républicains finissent par l'emporter. Finalement, Obama remporte 349 grands électeurs contre 163 pour John McCain. (Le résultat national est plus serré).

Aujourd'hui, c'est donc soulagée que je vous écris.
L'obamania pour un candidat, à présent président, démocrate, charismatique, symbole de changement et de différence s'est révélée payante. La population américaine a montré son aspiration à voir les choses changer , et nous pouvons nous satisfaire que les 4 années (ou plus) à venir seront menées par une administration démocrate.

Obama a formulé de nombreuses propositions dans son programme, en matière de "green jobs", d'investissement dans les énergies renouvelables, d'éthique, de soins de santé accessibles à tous afin que le système d'assurance ne profite plus "uniquement aux entreprises pharmaceutiques et aux compagnies d'assurances", pour la fermeture de Guantanamo, des relations extérieures teintées de multilatéralisme et de diplomatie...

Mais n'oublions pas qu'il s'est également prononcé pour la peine de mort, qu'il "ne dit pas non" au nucléaire civil, tandis que son vice-président est fondamentalement pour, pas plus qu'il ne rejette le pétrole et le charbon, pourvu qu'il soit propre, il n'hésitera sans doute pas à agir seul sur le plan international si aucune alternative ne lui semble valable...sans oublier que "démocrate" aux États-Unis ne signifie pas "de gauche".

La société civile américaine devra peut-être rappeler au président fraichement élu, qui entrera en fonction en janvier 2009, les engagements qu'il a pris tout au long de sa campagne. Il ne faudra pas lâcher du leste, mais poursuivre les efforts en faveur d'un changement concret.

Plusieurs questions restent en suspens, les années de présidence d'Obama démontreront sa véritable volonté de transformer les rêves en réalités.
Ratification du protocole de Kyoto, adoption d'un traité sur le commerce des armes, multilatéralisme dans les relations extérieures, retrait du bouclier anti-missiles d'Europe (et ce d'autant plus depuis que la Russie a annoncé le déploiement de missiles à Kaliningrad en réponse au bouclier américain), représentation des États du Sud au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, révision de la "stratégie" ruineuse (en termes humains comme financiers) en Afghanistan, alternative à la société consumériste et gaspilleuse, rééquilibrage des moyens alloués au secteur financier ou au marché et ceux destinés au secteur social, à l'éducation, à la coopération ... sont autant d'attentes que nous, écologistes, pouvons formuler à l'attention de Barack Obama, 44è Président des États-Unis. Les choses ne vont pas radicalement changer du jour au lendemain et les changements seront conditionnés à une rigueur budgétaire, mais nous pouvons espérer qu'Obama fasse ce qu'américains, européens et citoyens du monde attendent de lui. On peut avoir l'espoir qu'il contribue à modifier la tournure que prennent les relations internationales en favorisant la voie du dialogue et de l'ouverture, tel qu'il en a fait preuve jusqu'à présent.

Image de l'artiste Shepard Fairey

Déclaration gouvernementale - Chat avec les parlementaires Ecolo et Groen!



Petite info rapide mais importante :

Ce 15 octobre de 11h à 13h, les parlementaires Ecolo et groen! répondent à vos questions via un chat en direct du parlement

08.08.88 - 08.08.08



Ce 8.8.2008, les projecteurs seront tournés vers Pékin et la cérémonie d’ouverture des J.O… Pour les Birmans, cette date représente le triste anniversaire du « Soulèvement du 8.8.88 » : Le 8 août 1988 en effet, l’armée réprima violemment des manifestations populaires pro-démocratiques, initialement menées par des étudiants et des moines bouddhistes avant que l’ensemble de la population ne rejoigne le mouvement. Dans les villes de Birmanie, plus de 3000 personnes ont péri ce jour-là sous les armes des militaires, et des milliers d’autres encore dans les mois qui suivirent.

20 ans après, rien n’a changé ! Le régime birman est l’un des plus répressifs au monde ainsi que l’une des dernières dictatures militaires où la peur, le travail forcé et la torture font partie du quotidien..



Ce 8.8.2008 nous rejoindrons les exilés birmans et vous proposons 3 rendez-vous :

Devant l'Union Européenne - Rond Point Schuman -1040 Etterbeek de 11h15 à 12h15 : Demande de durcissement des sanctions économiques européennes à l’égard de la Birmanie. Des sanctions envers le secteur de l’énergie sont urgentes et essentielles au processus de démocratisation.
Devant l'ambassade de Birmanie – 9 Bd Général Wahis - 1030 Schaerbeek de 13h00 à 14h30 : Commémoration du « Soulèvement du 8.8.88 », soutien aux démocrates birmans et dénonciation de la stagnation du processus de transition démocratique.

Devant l'ambassade de Chine – 443/445 Av de Tervuren à 1150 Woluwé St Pierre de 15h00 à 16h30 : Demande à la Chine de cesser son soutien à la junte militaire. La Chine constitue l’un des principaux remparts à l’éclosion démocratique en Birmanie. En invoquant systématiquement "l'ingérence dans les affaires intérieures birmanes" pour s’opposer aux (timides) résolutions de l’ONU visant à encourager le processus démocratique Birman, la Chine prouve à quel point elle est proche du régime sanguinaire de Rangoon.

Des actions devant les ambassades de Chine seront menées aux 4 coins du monde (Infos sur : http://uscampaignforburma.org/8808-beijing-olympics-campaign).

Les REE 2008



Les Rencontres Ecologiques d'Eté
à Borzée (La Roche en Ardenne)
du mercredi 27 au dimanche 31 août 2008.

* 17 Formations (longues)
5 séances de 2h30, du jeudi matin au samedi midi
o Les formations "thématiques"
o Les formations "compétences"
o NOUVEAU : "Formule tapas", 8 activités au choix
* 4 Conférences / Evénements
Quatre Grandes Conférences, entre jeudi et dimanche
* Samedi matin, 3 petites conférences
* 20 Ateliers (courts)
Conférences, confrontations, débats, rencontres, animations culturelles : des ateliers toute l’après-midi du samedi
* ECOLO ça vous change une commune

la Deuxième Grande Rencontre des Majorités

* Le séjour est ponctué d’activités festives, nombreuses et variées : spectacles, concerts, stands, ballades, ciné, DJ, bars...
* Des Rencontres enfants et ados bienvenus

Ne manquez pas l'événement écologiste de l'Eté !

Consultez le programme sur www.etopia.be/ree ou commandez-nous la brochure à formation@etopia.be

ATTENTION : Inscription jusqu'au 1er août 2008 !
Aperçu du programme
4 Grandes conférences écologiques, dès le jeudi soir

* Mercredi soir 20h,
Le Yin et le Yang des cultures pour dépasser la modernité

Avec Thierry VERHELST.

* Vendredi soir 20h,
Economie-écologie : l’heure de vérité !

Avec Frédéric CHOME (Factor-X), Isabelle CALLENS (FEB), Jean-Marie DE BACKER (avocat), Jean-Yves SALIEZ (IEW).

* Samedi 14h,
Mais que se passe-t-il en Flandre et... en Belgique ?

Avec Luc BARBE, Jean-Marc NOLLET (Ecolo), Stefaan VAN HECKE (Groen!).

* Dimanche 11h,
La démocratie survivra-t-elle au réchauffement climatique et à la fin du pétrole ? De quel côté seront les écologistes et les entreprises énergétiques ?

Avec Olivier DELEUZE et Jean-Pierre HANSEN.
17 formations longues

Formations thématiques et/ou de débats (15 h) du jeudi matin au samedi midi.

Formations thématiques

* Quels outils mettre en place pour maîtriser les émissions individuelles de gaz à effet de serre ?
* Conflits de valeurs ou « accommodements raisonnables » ?
* Ecologie et économie : l’heure de vérité !
* Faire rimer école et émancipation. Oui, mais comment ?
* Mon assiette, pour le plaisir, pour la planète...
* Soutien à la parentalité : émancipation ou contrôle ?
* Vers une politique du logement plus sociale
* Urbanisme : les nouveaux outils
* Votre commune durable en 2050
* L’eau c’est la vie !
* Activistes de tous les pays, unissez-vous !
* Locale Ecolo en projet de A à Z
* "jeune consommateur: le bien-être à tout prix!"

Formations compétences

* L’« Audit Créatif » : outil d’avenir...
* Gestion du temps : faire plus faire mieux ?
* « Eutonie et olfactothérapie : deux approches par les sens »
* « Ecrire en tous sens » - Atelier d’écriture sensorielle

NOUVEAU : "formule tapas", 8 activités au choix

Jeudi et vendredi : 8 activités aux choix pour ceux qui souhaitent varier les plaisirs en lieu et place des formations longues

* Jeudi matin : pour rester en forme, la marche nordique / l’écologie politique
* Jeudi après-midi : découvrir Ecolo / goûter des plantes sauvages
* Vendredi matin : danse / communication
* Vendredi après-midi : jouer à Kyoto / cueillir des champignons / faire de la politique

Samedi matin, 3 conférences

* Le climat : clou dans le cercueil dans le cercueil des ministres de l’environnement ? (Olivier DELEUZE)
* Un petit- déjeuner « bon, propre et juste » ou comment tordre le cou aux idées reçues ? (Catherine PIETTE et Malika HAMZA)
* Pour changer de cap, dégrippons la boussole : regards critiques sur la croissance et le PIB (Isabelle CASSIERS)

Samedi matin et après-midi

ECOLO ça vous change une commune la Deuxième Grande Rencontre des Majorités

Samedi après-midi, 20 Ateliers (courts)

Des modules d’1h30 et parfois de 3h, le samedi après-midi. Débats, rencontres, animations culturelles.

* Résister à la misère ! Les stratégies quotidiennes des familles les plus pauvres
* Comment combiner « développement plus durable » et « justice sociale » ?
* Pénuries d’emploi, mythe ou réalité ?
* La coupe du monde 2018 en Belgique ? Idées folles et projets verts...
* Parcours de migrations
* « A louer... » : les enjeux des élections US
* Mettez du SEL dans votre quartier, votre commune et dans votre vie !
* Valoriser l’eau de pluie : le bon sens au quotidien...
* Actions chic & choc en locales Ecolo
* Le bonheur est-il dans le sans fil ?
* Allocation universelle et Ecolo : convergence naturelle ou rencontre accidentelle ?
* OGMs : démanteler-refuser la simplification
* Accueillir la biodiversité
* Qui sont les féministes de moins de 30 ans ?
* Les clichés communautaires Nord-Sud
* Biodiversité : la privatisation contribue-t-elle à la protection ?
* Réformer l’Europe ! Oui mais comment ?
* Justice et accès au droit : les enjeux démocratiques de la médiation
* Le Divin Quotidien
* Initiation à la technique du torchis à l’ancienne
* Quel tourisme « durable » pour la Wallonie et Bruxelles ?

Samedi, 12h-20h : la place du village / de dorp plaats

Un espace de rencontre et d’expression où vous pourrez découvrir, déguster, écrire, sculpter, raconter...

Une foire aux savoir faire pour partager vos compétences.

Lire le détail
Des animations

* Jeudi, 20h : "Faut y aller !", un spectacle du Théâtre Pépite
* Samedi, 12h - 20h : La place du village / de dorp plaats
* Samedi, 20h : Mousta Largo : « D’une rive à l’autre... » puis soirée DJ
* Dimanche matin : Réveil en douceur et encore quelques idées pour prolonger...

Et le côté festif des REE, c’est aussi :

* Trois bars aux ambiances différentes accueillent chaque jour les participants aux REE.
* Des petits concerts sont aussi prévus chaque soir après les conférences.
* Ciné-Borzée : tous les soirs un film à voir ou à revoir en plein air.

Aspects pratiques, prix, réservation ?

Votre séjour, infos pratiques, logement , prix , paiement...
Formulaire d'inscription adulte et d'inscription enfant

Commerce équitable

Women's Envoy


L'Union européenne a besoin d'une envoyée spéciale au droit des femmes! Telle est l'exigence formulée par la campagne "Women's Envoy". En effet, la place et l'importance de la femme dans la lutte contre la faim et la pauvreté ont tendance à être négligées, or elles sont cruciales pour la réalisation des "Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD)".
Les femmes jouent un rôle clé dans des domaines tels que la lutte contre la pauvreté et le développement, mais elles sont également les premières à être exclues de l'accès aux soins de santé, à l'éducation, à la contraception, à une vie décente.
L'impact des décisions politiques sur les femmes étant encore souvent méconnu et peu pris en compte, une envoyée pour les droits des femmes devrait permettre l'intégration des droits des femmes dans toutes les décisions et politiques. L'Union européenne doit avancer vers l'émancipation des femmes tant en son sein que dans ses politiques de coopération...il faut une réelle volonté politique en faveur de cette émancipation et une prise en compte systématique de l'impact des décisions sur les femmes, et partant, sur la réalisation des OMD.

Pour en savoir plus et pour signer l'appel : womensenvoy.eu

Vos onze engagements en faveur de la planète - Le Soir



CHRISTOPHE SCHOUNE
samedi 12 avril 2008, 09:07 Le Soir

PLUS DE 80 % des francophones se disent prêts à réduire leur empreinte écologique d'un tiers.
Calculez votre empreinte écologique ici.
Ce n’est pas un crop circle, mais l’exacte représentation de l’empreinte écologique du Belge. Soit une surface de 5,6 hectares dessinés dans le sable d’une plage de Zeebrugge. © VRT – Bart Muschoot.
Repères
L'empreinte écologique. C'est la mesure de notre impact sur la planète. Elle calcule la surface biologiquement productive de terre et d'eau dont un individu, une ville, un pays ou l'humanité ont besoin pour produire les ressources consommées et absorber les déchets. Cette mesure est conservatrice et ne tient pas compte des altérations irréversibles à la biosphère. Trois planètes seraient nécessaires si le mode de vie des Belges était universel.

Plus de 200.000 tests réalisés. En janvier 2006, Le Soir et le WWF lançaient un calculateur en ligne lié à l'empreinte écologique et aux moyens de la réduire. Plus de 200.000 personnes ont déjà réalisé le test des deux côtés de la frontière linguistique. http://blogs.lesoir.be/empreinte-eco
Quels sont les engagements des francophones pour préserver la planète ? Après avoir décrypté les attentes de la population à l'égard des pouvoirs publics en matière de mobilité ou d'énergie, notamment, le dernier volet du baromètre Le Soir/RTBF sur les francophones et l'environnement témoigne, au-delà de la prise de conscience des enjeux, d'une énorme marge de manœuvre individuelle. Plus de 80 % des francophones sont d'avis de prendre au moins un engagement dans la liste dressée ci-dessous.

« Le baromètre montre qu'une personne sur cinq connaît aujourd'hui le concept de l'empreinte écologique, note Annick Vanderpoorten, chargée de mission au WWF. Cela montre l'enthousiasme suscité par cet indicateur global de l'impact de notre mode de vie sur l'environnement. La traduction des engagements en surface épargnée (NDLR : le mètre carré est la mesure de l'empreinte écologique) démontre aussi que des petits gestes peuvent faire, bout à bout, la différence… »

Globalement, l'empreinte écologique des 1.205 personnes interrogées par l'institut Dedicated Research se chiffre à 3,8 hectares. C'est légèrement moins que l'empreinte des lecteurs du Soir et du Standaard (4 hectares), calculée par près 200.000 personnes depuis un questionnaire en ligne lancé en janvier 2006 à l'initiative du Soir et du WWF. Et c'est bien moins que l'empreinte moyenne belge estimée à 5,6 hectares par personne. Explication : les personnes questionnées auraient tendance, d'une manière générale, à simuler la vertu, qu'il s'agisse de la réalité de leur situation ou des intentions déclarées en matière d'action.

« On observe une évolution dans les tendances, poursuit-on au WWF. Même si un frein majeur par rapport aux changements de comportements liés à l'usage de la voiture demeure, l'adhésion est de plus en plus grande à l'égard de changements de modes de consommation liés à l'alimentation ou à l'électricité verte. »

Au total, les Bruxellois acceptent davantage de s'engager que les Wallons dans des actions : 40 % contre 35 % de oui en moyenne. Ce phénomène s'explique entre autres par le fait que les Wallons appliquent déjà plus certains engagements que les Bruxellois. Au rayon fruits et légumes de saison non cultivés en serre, 59 % des Bruxellois déclarent s'engager à opter pour cette option contre 44 % chez les Wallons. Mais ces derniers seraient déjà plus sensibles à cette question (53 %) que les Bruxellois (33 %). Autre différence sensible : 59 % des Wallons déclarent débrancher les appareils en veille. Ils ne sont que 46 % des Bruxellois à se déconnecter.

Prendre les transports en commun vers le lieu de travail ? Ce n'est pas une surprise, 55 % des Wallons refusent cette hypothèse alors que 29 % de Bruxellois seulement y sont opposés. Ces chiffres témoignent une fois encore de la difficulté pour les Wallons de considérer le réseau des transports publics comme une réelle alternative à la voiture individuelle sur le chemin du travail.

« Ces résultats renforcent les attentes et l'adhésion des francophones à l'égard de mesures incitatives en faveur des transports publics et dissuasives vis-à-vis de la voiture (NDLR : Le Soir de lundi et de jeudi), poursuit Annick Vanderpoorten. Et ils témoignent d'un potentiel conséquent si l'on songe qu'une personne sur deux est favorable à l'idée de passer chez un fournisseur d'électricité verte. »

Sur ce dernier point, on observera que 18 % des Wallons déclarent avoir déjà fait le pas contre 8 % des Bruxellois. Et si cette intention de passer à l'électricité verte était appliquée à l'ensemble de la population francophone ? Selon les calculs effectués par le WWF, cette démarche permettrait à elle seule d'épargner 37,7 % de la superficie de l'espace Wallonie-Bruxelles. Enfin, s'il ne fallait retenir qu'un chiffre, notons peut-être celui-ci : dans l'hypothèse où tous les Belges devaient accepter les engagements pris par notre échantillon, l'empreinte moyenne serait réduite d'un tiers. Ce qui permettrait, en termes de bioproductivité, d'épargner une surface équivalente à près de deux fois la Belgique. De quoi un peu alléger la dette du pays à l'égard de la planète…

Beijing 2008 - Des droits de l'homme...Pour la démocratie et la liberté de la presse!


Comme souvent je vous invite ici à signer la pétition de Reporters sans frontières qui sera envoyée en Chine à l'occasion des JO.
RSF appelle en outre au boycott de la cérémonie d'ouverture des JO qui ne pénaliserait pas les athlètes mais qui serait un signal fort pour dénoncer les violations des droits de l'homme en Chine : répression du Tibet; journalistes et bloggers... vous pouvez poser un petit geste en leur faveur ici

UNPA - Campagne pour une Assemblée parlementaire des Nations Unies


"La Campagne pour la création d'une Assemblée parlementaire des Nations Unies est un réseau mondial de parlementaires et d'organisations non gouvernementales œuvrant pour la représentation des citoyens aux Nations Unies.
L'Assemblée parlementaire des Nations Unies (APNU) serait le premier organe parlementaire à représenter directement les citoyens du monde aux Nations Unies. Cette initiative serait la première étape menant à la création à long terme d'un parlement mondial." Pour plus d'info cliquez ici

Pour signer la campagne : http://fr.unpacampaign.org/endorse/index.php

Rencontres des Nouveaux Mondes


lien vers les Rencontres des Nouveaux Mondes 2008

"A chacun son engagement
aujourd'hui... que faire pour demain ?

Prendre les devants, commencer aujourd’hui les Nouveaux Mondes de demain pour qu’ils ressemblent le plus possible à ce que nous, les jeunes, voulons en faire.
Rencontrer d’autres jeunes (et moins jeunes), les écouter parler de leurs itinéraires, de leurs réalisations concrètes dans les domaines culturels, sociaux, économiques et même politiques.
Relier ses envies citoyennes à celles des autres pour les rendre possibles. Commencer sans attendre à débattre, à proposer, à essayer. Choisir. Echouer parfois. Recommencer. S’acharner.
Et surtout, s’amuser à créer demain, ensemble !"

Pour voir le programme complet de week-end, cliquez ici

L'Eco-féminisme

- Introduction L’écologie féministe, éco-féminisme ou encore, « féminisme environnementaliste », est une approche féministe de l’éthique environnementale, apparue entre les années 1970 et 1980 et est considérée comme faisant partie de la « seconde vague » féministe. Né de l’union entre les pensées féministes radicales et écologiques, l’éco-féminisme doit son appellation à la féministe française Françoise d’Eaubonne. Notons qu’en Amérique du Nord, elle s’est principalement développée à partir des mouvements antinucléaire, anti-guerre, pro-environnementaux et pro-homosexuels (lesbiennes) et, bien sûr, féministes « généralistes » des années 1980. Depuis, maintes publications, conférences et actions basées sur la reconnaissance et l’analyse des connexions existant entre les femmes, la nature et le changement social constituent autant de jalons autorisant l’approche théorique que nous développons ci-après. L’éco-féminisme établit un étroit lien entre la domination de la nature par l’homme et l’exploitation des femmes. Il s’oppose de façon radicale à la mondialisation néo-libérale, considérée comme la cause majeure des problèmes de ce siècle : l’exclusion, les violences, la pauvreté, la pollution, les guerres ouvertes ou larvées. Il est à la fois un mouvement de l’esprit, une philosophie de la vie et une résistance politique. L’éco-féminisme n’est pas un mouvement homogène mais apparaît comme une « résultante » constituée de différentes approches contribuant chacune à alimenter la théorie. Cette hétérogénéité constatée aux sources et au sein-même de l’écologie féministe fait à la fois ses forces et ses faiblesses. (...) Accès à la recherche complète (20 pages) sur demande.