"Redynamiser les villes en les convertissant au développement durable"


Voici un article publié dans le Monde qui reflète le point de vue de la sociologue Saskia Sassen et illustre l'importance de convertir les villes au développement durable. C'est aussi une de nos propositions Ecolo pour Bruxelles.

En ces temps de crise financière, Saskia Sassen est la figure incontournable des grands sommets sur la ville. La sociologue de la globalisation (qui publie La Globalisation, une sociologie, Gallimard, 348 p., 23 €), enseignante à la London School of Economics et à l'université Columbia de New York, était l'invitée du forum Global City, à Abu Dhabi, les 7 et 8 avril. Elle doit participer à la World Investment Conference, à La Baule (Loire-Atlantique), du 3 au 5 juin, sur le thème "Investir dans les villes globales". Ces métropoles qui concentrent le pouvoir économique et financier de la planète, Saskia Sassen les a décrites dès 1990. Bien avant que le réseau qu'elles forment n'accouche de la crise du siècle.

Dans un article paru en 2003 dans la revue Raisons politiques, Saskia Sassen introduisait ainsi son concept de "ville globale" : "Les villes globales du monde entier forment un terrain propice à la concrétisation (...) d'une multiplicité de processus propres à la globalisation. Ces formes localisées représentent, pour une bonne part, ce dont il s'agit lorsque l'on parle de globalisation. La vaste ville du monde contemporain a émergé en tant que site stratégique pour une gamme d'opérations inédites (...). Il s'agit là d'un des lieux de liaison où de nouvelles revendications, de la part des puissants comme des défavorisés, peuvent se matérialiser."

Comment la crise financière a-t-elle un impact sur l'urbanisation du monde ?

En fragilisant les économies non urbaines, la crise va accélérer l'exode rural, amenant encore plus de pauvres à gagner les grandes villes pour survivre et aggravant le phénomène des bidonvilles. Cette accentuation de la pauvreté urbaine prend une forme particulière dans les pays riches : aux Etats-Unis, on voit se multiplier une nouvelle sorte de sans-abri, issus des classes moyennes, qui créent de véritables "villes de tentes".

Sous l'effet de la crise, les villes riches voient fondre leurs revenus, donc leurs capacités de développement. En 2008, New York a subi une chute de 10 milliards de dollars (7,5 milliards d'euros) de son produit municipal brut, et Los Angeles de 8 milliards de dollars (6 milliards d'euros).

Les "villes globales" sont-elles plus touchées que les autres ?

Les villes globales fonctionnent comme des Silicon Valley où s'inventent des instruments financiers complexes et risqués. Elles sont l'infrastructure vivante de la finance mondiale et de l'économie globale. Quand une crise frappe, elles la subissent de plein fouet.

Mais, en réalité, la pénétration de la finance dans presque tous les secteurs de l'économie a rendu de très nombreuses villes vulnérables. Ainsi New York et Los Angeles ont deux économies urbaines très différentes - seule la première est un centre financier -, mais toutes deux ont été violemment affectées.

Peut-on dire que les villes, ces dernières années, étaient devenues des produits financiers ?

Oui. La finance s'est mise à utiliser la ville elle-même comme un objet d'investissement, privilégiant le court terme et les taux de rentabilité élevés. On construit des immeubles et des équipements non pour répondre à un besoin économique mais par pure spéculation. C'est particulièrement net à Dubaï. Aux Etats-Unis, la crise des subprimes est la conséquence directe de la financiarisation de la ville. La finance a créé des instruments extraordinairement compliqués pour extraire de la valeur même des ménages modestes, en multipliant les prêts immobiliers risqués pour les convertir en produits d'investissement et vite les revendre avec un fort profit. Un mécanisme destructeur pour la ville : des millions de logements sont désormais abandonnés.

Pensez-vous que le secteur privé uniformise les villes par des produits urbains standardisés ?

La globalisation rend les villes de plus en plus similaires : partout les mêmes quartiers d'affaires, les mêmes centres commerciaux, les mêmes grands hôtels, les mêmes aéroports, quelles que soient les stars de l'architecture qui les signent. Car l'environnement urbain consacré aux économies dominantes des villes globales est devenu une simple infrastructure, nécessaire et indéterminée. En revanche, on aurait tort de croire que, parce que les villes se ressemblent, leurs économies sont similaires. La globalisation génère et valorise la spécialisation des économies urbaines, au-delà de la compétition que se livrent les villes.

Dans un monde convalescent, que peuvent attendre les villes du secteur privé ?

Le meilleur moyen de redynamiser nos villes, c'est de les convertir au développement durable. Cela créerait une énorme quantité de travail, qui nécessiterait des partenariats entre le public et le privé. Les entreprises ont un besoin vital des villes, de leurs infrastructures et de leurs réseaux. Cela devrait donner aux municipalités les moyens de négocier un engagement plus fort du secteur privé.

Propos recueillis par Grégoire Allix
Photo: "Vegetal City - A vision by Luc Schuiten" très chouette expo à aller voir au Musées Royaux d'Art et d'Histoire

L'Eco-féminisme

- Introduction L’écologie féministe, éco-féminisme ou encore, « féminisme environnementaliste », est une approche féministe de l’éthique environnementale, apparue entre les années 1970 et 1980 et est considérée comme faisant partie de la « seconde vague » féministe. Né de l’union entre les pensées féministes radicales et écologiques, l’éco-féminisme doit son appellation à la féministe française Françoise d’Eaubonne. Notons qu’en Amérique du Nord, elle s’est principalement développée à partir des mouvements antinucléaire, anti-guerre, pro-environnementaux et pro-homosexuels (lesbiennes) et, bien sûr, féministes « généralistes » des années 1980. Depuis, maintes publications, conférences et actions basées sur la reconnaissance et l’analyse des connexions existant entre les femmes, la nature et le changement social constituent autant de jalons autorisant l’approche théorique que nous développons ci-après. L’éco-féminisme établit un étroit lien entre la domination de la nature par l’homme et l’exploitation des femmes. Il s’oppose de façon radicale à la mondialisation néo-libérale, considérée comme la cause majeure des problèmes de ce siècle : l’exclusion, les violences, la pauvreté, la pollution, les guerres ouvertes ou larvées. Il est à la fois un mouvement de l’esprit, une philosophie de la vie et une résistance politique. L’éco-féminisme n’est pas un mouvement homogène mais apparaît comme une « résultante » constituée de différentes approches contribuant chacune à alimenter la théorie. Cette hétérogénéité constatée aux sources et au sein-même de l’écologie féministe fait à la fois ses forces et ses faiblesses. (...) Accès à la recherche complète (20 pages) sur demande.