Conseil communal d'Ath - Ecolo propose la signature de la Charte européenne pour l'égalité des femmes et des hommes dans la vie locale



Le 8 mars dernier, nous célébrions la Journée des femmes dont l’objectif premier est d’attirer l’attention sur les inégalités encore réelles entre les femmes et les hommes, de rappeler les avancées pour les droits des femmes ainsi que les combats qui sont encore à mener, notamment au niveau communal.

Le contexte économique difficile renforce d’autant plus la nécessité d’adopter des mesures en faveur de l’égalité et l’indispensable prise en compte, dans l’ensemble des politiques menées par la commune ainsi que dans la confection de son budget (genderbudgeting), de l’impact des mesures communales sur l’égalité. En effet, les femmes, mais également les familles monoparentales et les personnes âgées, sont davantage exposées au risque de pauvreté. La réduction des services publics de base les touchent au premier chef car elles en sont les premières utilisatrices.

Ecolo propose dès lors, à l'occasion du prochain Conseil communal, que la Ville d’Ath :
-   adhère à la déclaration suivante tel que soumise aux communes par le Conseil des femmes francophones de Belgique ;
-   rejoigne la liste des villes signataires de la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale ci-jointe et adhère à ses recommandations.

Compte tenu de l’importance de la commune et de la vie communale,
-   comme espace d’apprentissage de la démocratie et de la citoyenneté et aussi comme source éventuelle des inégalités et des discriminations de tous types,
-   comme pouvoir organisateur d’enseignement ainsi que de services aux personnes et aux familles, de la petite enfance jusqu’aux dernières années de vie,
-   comme cadre de vie proche des citoyen-ne-s garantissant à chacun-e mobilité, sécurité, accès à la santé, aux commerces de proximité ainsi qu’aux espaces verts,
-   comme pouvoir soucieux de l’intégration de chacun-e en organisant aide aux personnes les plus faibles, logements sociaux, accueil des immigré-e-s,
-   comme soutien de toutes initiatives sociales et culturelles propres à améliorer les conditions et la qualité de vie de ses concitoyen-ne-s.
           Sachant :
-   que les femmes constituent plus de la moitié des habitants de la commune (13.723 hommes pour 14.754 femmes au 1/01/2013)[1]
-   que les femmes sont davantage que les hommes susceptibles de verser, à un moment ou l’autre de leur vie, dans la précarité,
-   que les inégalités entre les femmes et les hommes et les stéréotypes sexistes continuent encore et toujours à se développer dans notre société,
-   que les femmes sont les principales utilisatrices de services communaux, les principales consommatrices de services aux personnes, les principales usagères des transports en commun et des voiries communales.

           Décide :
 -   de signer la Charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale ;
-      de veiller à une représentation femme/homme à tous les niveaux de responsabilité au sein de la commune, de ses services et de son administration, y compris aux fonctions dirigeantes, à étudier avec attention les composantes sociologiques, économiques et culturelles de notre commune en tenant particulièrement compte de la dimension de genre afin de poser les bons diagnostics ;
-      de tenir compte de la dimension de genre en établissant le budget communal, lors de l'élaboration de tous projets d'investissements communaux et lors de l’octroi des subsides aux différentes associations, afin d’éliminer et/ou d’éviter toute discrimination ;
-      de confier la compétence de l’égalité entre les femmes et les hommes à un-e des membres du Collège Communal,
-   de lutter contre la  paupérisation des femmes et des familles monoparentales (majoritairement sous la responsabilité d’une femme) :
o       en encourageant des contrats à temps plein, seuls garants de l’autonomie et des droits pour les femmes,
o       en sensibilisant aux pièges des temps partiels, généralement dévolus aux femmes,
o       en promouvant, par des formations dans des filières non discriminatoires (y compris des formations à l’entreprenariat féminin), l’emploi des femmes, jeunes et moins jeunes, en liaison avec les réalités du marché du travail et les besoins régionaux,
o       en organisant ou en soutenant les services pouvant aider les femmes avec enfants à se former, chercher un emploi et à travailler (crèches, accueillantes à domicile, garde d’enfants malades, accueil extrascolaire, halte garderie, plaines de jeux, etc...)
o       en poursuivant une politique de logement permettant l’insertion, dans le tissu économique communal, des personnes isolées (souvent des femmes âgées) et des familles fragilisées avec une attention particulière à la mixité sociale et intergénérationnelle : allocation loyer, prise en charge de la garantie locative, Agences Immobilières Sociales, lutte contre les logements inoccupés, logements sociaux intergénérationnels,
o       en développant et/ou subsidiant les services d’aide aux personnes afin de permettre aux plus âgé(e)s de rester chez eux/elles et afin de soutenir les personnes en charge des moins valides (le plus souvent des femmes): services de repas, de garde, de transport... ainsi qu’en facilitant le parking à tous ces services ainsi qu’aux personnes des services médicaux et paramédicaux.

-   de lutter efficacement contre toutes les violences faites aux femmes,
o       en veillant à ce que la police dispose de structures d’accueil avec du personnel formé à cette problématique et en développant des plates-formes d’échange entre les personnes (aides familiales, enseignants, assistants sociaux ...) en contact avec les violences intrafamiliales,
o       en sécurisant les voiries communales, les parcs ainsi que les abords des transports publics (éclairage, patrouilles de police, marches exploratoires...),
o       en créant ou en subsidiant des places d’accueil d’urgence pour toute femme ou toute famille confrontée à cette situation,

-   de combattre tous les stéréotypes sexistes à tous les niveaux :
o       dans l’enseignement: formation des enseignants, matériel pédagogique, accès égalitaire aux filières qualifiantes, éducation à la citoyenneté et au respect de l’autre, dans la communication avec les citoyen-ne-s. 


[1] Direction générale Institutions et population http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/Registre/fr/statistiques_population/stat_1_f.pdf
 


L'Eco-féminisme

- Introduction L’écologie féministe, éco-féminisme ou encore, « féminisme environnementaliste », est une approche féministe de l’éthique environnementale, apparue entre les années 1970 et 1980 et est considérée comme faisant partie de la « seconde vague » féministe. Né de l’union entre les pensées féministes radicales et écologiques, l’éco-féminisme doit son appellation à la féministe française Françoise d’Eaubonne. Notons qu’en Amérique du Nord, elle s’est principalement développée à partir des mouvements antinucléaire, anti-guerre, pro-environnementaux et pro-homosexuels (lesbiennes) et, bien sûr, féministes « généralistes » des années 1980. Depuis, maintes publications, conférences et actions basées sur la reconnaissance et l’analyse des connexions existant entre les femmes, la nature et le changement social constituent autant de jalons autorisant l’approche théorique que nous développons ci-après. L’éco-féminisme établit un étroit lien entre la domination de la nature par l’homme et l’exploitation des femmes. Il s’oppose de façon radicale à la mondialisation néo-libérale, considérée comme la cause majeure des problèmes de ce siècle : l’exclusion, les violences, la pauvreté, la pollution, les guerres ouvertes ou larvées. Il est à la fois un mouvement de l’esprit, une philosophie de la vie et une résistance politique. L’éco-féminisme n’est pas un mouvement homogène mais apparaît comme une « résultante » constituée de différentes approches contribuant chacune à alimenter la théorie. Cette hétérogénéité constatée aux sources et au sein-même de l’écologie féministe fait à la fois ses forces et ses faiblesses. (...) Accès à la recherche complète (20 pages) sur demande.