En route pour une nouvelle aventure professionnelle... une page se tourne, une autre va s'écrire!

Voici ma dernière intervention au Conseil communal d'Ath, ce 4 mai 2015. Je quitte le Conseil car l'emploi que j'exercerai prochainement est incompatible avec le mandat politique communal... c'est une nouvelle page de ma vie professionnelle que je vais écrire dès la mi-mai!


Monsieur le Président,
Madame, Messieurs les membres du Collègecommunal,
Mesdames, Messieurs les conseillerscommunaux,
Chers athois, chères athoises,

Il y a quelques semaines, à l'occasion dudernier Conseil communal, je ne pensais pas faire cette interventiondevant vous aujourd'hui. La vie professionnelle, tout comme la vie privée, estun grand livre qui s'écrit au jour le jour. Et on ne sait pas de quoi serontcomposés les prochains chapitres.

Je me lance avec enthousiasme dans un nouveau chapitreprofessionnel, un nouveau défi malheureusementincompatible avec l'exercice de mon mandat communal. C'est en effet au serviced'une intercommunale que je travaillerai désormais, IC par définition auservice de l'ensemble des communes qui la composent et cela ne peut souffrird'un risque de conflit d'intérêt. 

Depuis quasi 3 ans, j'ai pris beaucoup deplaisir à siéger au sein de ce Conseil, à collaborer, débattre, parfoisbatailler avec vous. Avec mon départ, ce ne sera surement pas la longueur desinterventions du Président d'Assemblée qui sera revue la baisse, mais çacontribuera peut-être un peu à maintenir sa tension ;)
Pas toujours d'accord donc, en attente deréponses concrètes, j'ai toutefois pu constater à certaines reprises que mesinterventions n'étaient pas toujours vaines et que certaines demandes étaient,et je l'ai à chaque fois souligné, d'une manière ou d'une autre, entrées dansl'oreille de la majorité. Des petites avancées et des dossiers sur lesquels ilfaudra revenir suite notamment aux motions déposées : la Charte pour l’égalité dansla vie communale ; la situation de l’accueil de la petite enfance, desmaisons des petits et l’évolution de nos structures d’enseignementcommunales ; le suivi des effets des mesures d’exclusion du chômage ;l’évolution du logement public et l’importance d’assurer à chacun un logementdécent à un prix décent ou encore les engagements de Ath en tant que zone « horstraité transatlantique ».

J'ai également pris beaucoup de plaisir àrencontrer et découvrir les services communaux, les personnes qui les composentet je tiens tout particulièrement, à travers vous, à les féliciter toutes ettous et à les remercier tant pour la bonne collaboration dont je peux témoigneren tant que membre de ce conseil que dans leur travail quotidien au service dela commune et de ses habitantes et habitants. Une énergie qui fait de Ath cettepetite ville agréable, verte, vivante, bien aimée.

Cette expérience, je la dois surtout auxathois et aux athoises qui m'ont fait confiance et avec lesquels j'ai égalementpris beaucoup de plaisir à partager et à dialoguer, à voir Ath aussi au traversdes yeux des autres. Ce sont des portes ouvertes que j'ai trouvées un peupartout, mais beaucoup de portes qui sont restées entrouvertes lorsqu'il s'estagit de dire "tout haut" ce qu'elles m’avaient confié "tout bas".Ath c'est ça aussi. 

Si je devais dès lors formuler un souhait,c'est celui que chacun et chacune d'entre vous ouvre les yeux sur les gens et le monde quinous entoure, pour tenir compte des réalités de chacune et de chacun afin queles décisions soient équitables, objectives, au service de l'intérêt collectifet de l'avenir. Un exemple ? Allez donc voir cette pièce « LaTuile » (http://mcath.be/info/la-tuile/) qui tourne en ce moment sur Ath, dont les acteurs jouent leurpropre rôle. Une critique certes, pas toujours facile à entendre c’est sûr,mais ô combien nécessaire pour vous, autorités de cette ville, d’être capablesde l’entendre et d'en tenir compte.

Choisir c'est renoncer, renoncer depoursuivre le travail entamé avec les athois.es et les acteurs de terrainculturels, scolaires, de jeunesse, du logement notamment. J'y renonce dans lecadre de mon mandat de conseillère, mais soyez assurés que mon intérêt pour cessecteurs et leur évolution restera inchangé. C'est donc aussi avec beaucoupd'enthousiasme que je continuerai à participer aux activités de ma commune, à la qui fait la vie de la Cité, en tant que citoyenne.

Merci à toutes et tous et bon travail au Conseil communal.

Saskia

L'Eco-féminisme

- Introduction L’écologie féministe, éco-féminisme ou encore, « féminisme environnementaliste », est une approche féministe de l’éthique environnementale, apparue entre les années 1970 et 1980 et est considérée comme faisant partie de la « seconde vague » féministe. Né de l’union entre les pensées féministes radicales et écologiques, l’éco-féminisme doit son appellation à la féministe française Françoise d’Eaubonne. Notons qu’en Amérique du Nord, elle s’est principalement développée à partir des mouvements antinucléaire, anti-guerre, pro-environnementaux et pro-homosexuels (lesbiennes) et, bien sûr, féministes « généralistes » des années 1980. Depuis, maintes publications, conférences et actions basées sur la reconnaissance et l’analyse des connexions existant entre les femmes, la nature et le changement social constituent autant de jalons autorisant l’approche théorique que nous développons ci-après. L’éco-féminisme établit un étroit lien entre la domination de la nature par l’homme et l’exploitation des femmes. Il s’oppose de façon radicale à la mondialisation néo-libérale, considérée comme la cause majeure des problèmes de ce siècle : l’exclusion, les violences, la pauvreté, la pollution, les guerres ouvertes ou larvées. Il est à la fois un mouvement de l’esprit, une philosophie de la vie et une résistance politique. L’éco-féminisme n’est pas un mouvement homogène mais apparaît comme une « résultante » constituée de différentes approches contribuant chacune à alimenter la théorie. Cette hétérogénéité constatée aux sources et au sein-même de l’écologie féministe fait à la fois ses forces et ses faiblesses. (...) Accès à la recherche complète (20 pages) sur demande.